Le coin Dupluckien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Lun 31 Aoû - 17:28

Bon allez, il est grand temps de réouvrir mon coin fiction. Laughing  

J'ai présentement deux projets de fictions que j'ai vraiment envie d'écrire.

Le premier s'inspire énormément beaucoup de l'univers de la licence Maï HiME/Otome, son scénario étant carrément basé sur celui de Otome, que j'adapte à ma sauce et que j'enrichirai à ma façon. En gros, ceux ayant vu la série reconnaitront les moments forts mais les évènements seront quand même drastiquement différents (après tout, recopier bêtement un scénar, c'est juste... inintéressant ?)

Le deuxième est un projet 100% de ma création, s'inspirant de l'héroïc-fantasy classique et un peu de nos contes de fée mais honnêtement, je le sens pas encore prêt à sortir : y a encore énormément d'incohérences à régler, j'ai un perso que j'apprécie beaucoup avoir imaginé dedans, que j'aimerais conserver mais qui sert tellement à rien au scénario, présentement. Bref, encore beaucoup de travail à faire dessus avant de le sortir.

Du coup, ben je pense me lancer dans mon premier projet incessamment sous peu (càd, attendez-vous à voir le prologue et qui sait, le premier chapitre, ce week-end). Cette fiction sera exclusive à ce forum dans un premier et selon les retours, sera diffusée ailleurs ou pas. (En gros, mettez-moi en confiance que j'ai encore un minimum de talent, svp Embarassed ). En espérant que je n'ai pas trop perdu depuis le temps que je n'ai plus écris.

(BTW, si y a un volontaire pour relire mes écrits dans le but d'en corriger un maximum de fautes, je prends : je déteste toujours autant me relire. Laughing )

Sommaire des fictions :

Guardians:


Dernière édition par Duplucky le Dim 6 Sep - 18:30, édité 1 fois
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Sumire le Mar 1 Sep - 18:02

Hâte de te lire à nouveau :-) Je veux bien me porter volontaire pour la relecture mais les délais risquent d'être longs

Sumire

Messages : 7
Date d'inscription : 01/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Mar 1 Sep - 19:03

Ma foi, le délai devrait être d'une semaine entre chaque chapitre, max deux.

Enfin dans le pire des cas, je pourrai poster la version non relue puis la remplacer par la corrigée pour montrer toute l'importance de la relecture. Laughing
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Vaiana le Mer 2 Sep - 4:19

Maï HiMe-Otome! Je salue ton bon goût, Dupdup ! Smile

En tant que grammar naz... on avait dit pas le point Godwin membre de la team Orthomaniaques locale, je suis également disposée à te relire !
avatar
Vaiana

Messages : 72
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 26
Localisation : Sur tes Internets, en train de manger tes cookies.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Mer 2 Sep - 18:31

T'es capable de tenir le rythme aussi, Vaiana ? Razz

Ah et une connaisseuse, on dirait, ça fait à la fois plaisir et ça me fout une belle pression sur le dos. Razz

Hâte de voir si tu reconnaitras les scènes cultes version Dupluckienne et si tu préfères les version de l'anime ou les miennes.

Bon en tout cas, c'est cool, j'ai eu tout plein d'idées qui viennent étoffer l'univers de la fic, je m'en vais coucher ça sur papier. Je pense commencer l'écriture véritablement vraie demain. Razz (et, théoriquement, la terminer demain aussi, ou vendredi matin (genre à 1 ou 2 heures du mat.)

Du coup, je vous l'enverrai à toutes les deux par mp avant de la poster sur le topic dimanche soir, corrigée de préférence, mais vu que je sais que le délai est assez court pour le coup, c'est pas grave si vous avez pas le temps de corriger Razz
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Vaiana le Jeu 3 Sep - 1:52

Sinon, tu peux coller ça sur le forum direct ... MAINTENANT JE PEUX T'EDITER, MOUHAHAHAHA
avatar
Vaiana

Messages : 72
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 26
Localisation : Sur tes Internets, en train de manger tes cookies.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Sam 5 Sep - 13:09

Vous imaginez pas à quel point c'est stressant de reprendre la plume des années plus tard et de se demander si on sera à la hauteur de nos précédents écrits.

Bref, j'ai pris beaucoup de retard Razz Je m'y mets de ce pas pour l'intro.

Bon, je sèche pour ce soir, j'y arriverai pas. On tentera demain soir, désolé pour le report mais le démarrage est ardu. Evil or Very Mad
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Dim 6 Sep - 18:27

Double post parce que je le vaux bien : voilà le premier chapitre ! En fait mon syndrome de la page blanche était dûe à une mauvaise inspiration musicale. L'ost de Mai Otomé me laissait de marbre, je me suis rabattu sur celle de Madoka pour que ça vienne. Bon ceci dit, un début assez difficile à écrire, je cherche encore mes marques sur la façon d'écrire, notamment au niveau des dialogues. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Cool




Guardians


Chapitre 1 : Départ

La dernière pelletée de sable acheva de recouvrir le corps de sa grand-mère. Elle se redressa lentement, les larmes coulant de ses yeux bleus, tandis que ses longs cheveux châtains clairs, poussés par le vent, cachaient son jeune visage. Lunamaria planta une croix composée de deux morceaux de bois mort attachés maladroitement par une cordelette, au-dessus de la tombe puis regarda autour d'elle. Il y avait du sable partout autour d'elle, des montagnes de sable et quelques rochers disséminés à gauche et à droite. Seule la petite maison de pierre qui, dorénavant lui appartenait, venait briser la monotonie de cet endroit isolé. La jeune fille réalisait que maintenant, elle serait seule. Elle retourna d'un pas lent vers la bâtisse, trainant derrière elle sa pelle, la posa dans le petit coin qui sert de débarras et alla s'installer sur la vieille chaise en bois habituellement occupée par mamie, comme elle l'appelait toujours. Elle se la remémora assise comme à son habitude, sa longue pipe en bouche, à lui raconter des histoires, des légendes urbaines et autres anecdotes de sa vie d'antan. Un souvenir lui revint subitement. Mamie était, comme à son habitude, assise sur sa chaise à fumer sa pipe. Elle se tourna vers sa petite-fille et sorti de son vieux vêtement une photo représentant une belle jeune femme aux yeux bleus et aux cheveux noirs.

- C'est ta maman, ma belle enfant. C'est vraiment dommage que tu n'aies pas eu l'occasion de la connaitre. C'était vraiment une brave fille. Une guerrière comme on n'en fait plus mais d'une gentillesse incroyable. Aaah... Cette brave Sarah. Je me demande ce qu'elle est devenue... 
- Pourquoi maman n'est pas avec nous, mamie ? Elle est où ?
- Ca, ma petite, je n'en sais rien. Elle est partie peu après ta naissance et on n'en a plus jamais entendu parlé.
- Est-ce qu'elle est... ? Commença timidement Lunamaria.

Mamie éclata de rire devant son hésitation puis, devinant la fin de sa question, lui répondit d'un ton enjoué : « ah ça, non, ma belle enfant. Ta maman, elle était une gardienne. Ces machins-là sont intuables. Non, je suis sûre qu'elle a ses raison d'être partie et qu'elle reviendra. »

Puis elle donna la photo à sa petite-fille avant d'ajouter : « Tiens, prends cette photo et garde-la précieusement. J'en ai pas d'autre. Toi aussi, tu partiras un jour. T'en profiteras pour tenter de retrouver sa trace. Tu en penses quoi ? »

- Ce serait une chouette idée, mamie ! Mais je partirai quand ?
- Oh quand tu veux, quand tu te sentiras prête...

Lunamaria ferma les yeux, des larmes coulant de plus belle sur les joues.

- C'est toi qui est partie, pas moi. Qu'est-ce que je vais faire maintenant ?

Elle resta un long moment à pleurer sur sa chaise et ne se décida à se lever que lorsque Solar commença à se coucher derrière l'horizon, teintant le ciel de nuances orangées. Elle se prépara à affronter sa première nuit en solitaire.

***

Solar était déjà bien haut dans le ciel lorsque le transport de liaison France-Windbloom entama sa traversée du désert. Il s'agissait d'un énorme char au corps allongé, posé sur quatre chenilles. Son toit était ouvert, permettant aux voyageurs de profiter de l'air chaud et de contempler les dunes de sable, à défaut de pouvoir regarder autre chose. Ludwig monta sur la promenade, son grand manteau bleu brodé d'or flottant au vent. Il s'accouda à la balustrade et relu à voix basse son ordre de mission du duc Saddler.

- Préparez ma venue à la cérémonie de couronnement de la reine Florence Sylphe de Windbloom. J'exige une chambre au château de Sa Majesté etcétéra, etcétéra. Pff, je deviens trop vieux pour ce genre de choses.

Il fut soudain interrompu par une belle femme en robe rose pâle qui vint agripper sa manche d'une main et l'éloigna de la balustrade.

- Excusez-moi, colonel. M'accorderez-vous une petite promenade ?
- Oui, bien sûr avec grand plaisir, madame, répondit ce dernier en lui baisant la main avant de l'entrainer derrière lui.
- Est-il vrai qu'à Altaïr, il fait froid et noir toute l'année, colonel ? Ce pays semble bien effrayant.
- Vous me froissez, madame. S'il est vrai qu'il neige pratiquement en permanence dans mon pays, ses nuits sont ce qu'il y a de moins sombre. Et elles ne durent pas plus longtemps qu'ailleurs. Ce sont des rumeurs infondées.
- Oh, veuillez m'excuser, colonel.
- Ne vous inquiétez pas, je m'en remettrai, probablement d'ici quelques dizaines d'années.

Il se mit à rire, imiter par sa compagne de discussion qui poussa soudainement un cri de surprise. Un groupe de petits oiseaux blancs au corps rond survola le véhicule en poussant de petits sifflements mélodieux.  Ludwig en profita pour étaler sa science devant sa compagne temporaire : "Ce sont des flotillons, madame. On dit à Altaïr que d'en croiser un essaim est signe de chance et de fertilité."

Il la regarda d'un air évocateur qu'elle lui rendit avec grand plaisir, tandis que les flotillons continuaient leurs vols en direction du sud.

***

Assise sur la chaise de sa grand-mère, Lunamaria regarda les petits oiseaux rondelets voler au-dessus de sa maison. Elle avait passer une nuit affreuse, seule dans cette petite maison qui craquait de partout. Les ronflements rassurant de sa grand-mère avaient disparus, ne masquant plus ces bruits inquiétants et renforçant cette impression funeste qu'elle avait bel et bien disparut pour toujours.  La jeune fille redirigea ensuite son regard vers l'horizon, tentant de découvrir l'origine de ce bourdonnement lointain qui chatouillait ses oreilles. Elle devinait ce que c'était bien évidemment, mais voulait le voir de ses yeux. Puis elle vit un nuage de poussières au loin. Elle entra précipitamment dans sa maison et alla chercher les jumelles rangées dans l'armoire de sa chambre puis revint sur le pas de la porte et plaça l'instrument sur ses yeux.

- J'avais raison, c'est le premier transporteur qui vient de l'ouest !

Puis elle repensa à sa grand-mère et à ce qu'elle disait sur sa mère disparue. Une phrase lui revient une nouvelle fois en mémoire.
Toi aussi, tu partiras un jour. T'en profiteras pour tenter de retrouver sa trace.

- Dis, mamie. C'est peut-être aujourd'hui, le jour de mon départ ? Plus rien ne me retiens ici. Et si je partais chercher maman à Windbloom ?

Personne ne lui répondit mais elle ne voulait plus passer une horrible nuit à repenser au fait qu'elle ne reverrait plus jamais sa grand-mère. L'espoir de revoir sa maman lui semblait être une bien meilleure perspective. Plutôt que d'attendre d'accepter son sort, de s'apitoyer sur son destin, elle décida de partir à l'aventure et alla préparer son sac à dos, mettant des vivres et des vêtements de rechange dedans. Elle prit son pendentif couleur d'or que lui avait offert sa grand-mère pour son quinzième anniversaire, le passa autour de son cou puis passa une cape de cuir usée par-dessus ses épaules. Enfin, elle ajusta ses lunettes de sable sur ses yeux, attrapa son pistolet à fumigène et la photo de sa mère puis quitta sa maison en courant en direction du véhicule.

***

Ludwig échangea les civilités avec une dame en robe verte qui portait un large chapeau à plume sur ses cheveux foncés coupés courts.  Ils discutèrent ensemble de la situation tendue entre France et Romulus, le pays de l'autre côté de sa frontière sud, riant sur la possibilité plus qu'improbable qu'un jour, les deux dirigeants décident de se comporter en adulte et de faire la paix. Une détonation interrompit soudainement leur discussion ainsi que toutes les autres. Le colonel d'Altaïr regarda autour de lui puis vis une fusée de détresse passer devant le char. Il suivit du regard la trainée de fumée et vit au loin un petit point blanc, faisant furieusement penser à une petite fourmi, courir à toute vitesse dans leur direction. On aurait dit que la petite tâche noir agitait ce qui semblait être un bras autour de sa tête et hurlait quelque chose. Plus la chose approchait, plus le son se faisait plus distinct.

- ...tendez-moi, je ... avec... ous ! Hé, atten..., viens... vous ! Hého ! S'il... plait...
- Oh mon dieu, mais c'est une personne égarée dans le désert ! Hurla soudainement une des commères du véhicule.

Un homme plutôt replet se mit à hurler qu'il fallait prévenir le commandant de bord pour stopper le véhicule. Un steward reçut le message et courut le transmettre. Deux minutes plus tard, le véhicule s'arrêta et attendit l'inconnu qui le rejoignit rapidement et monta à bord. Ludwig attendit patiemment tandis que les autres passagers se précipitaient aux étages inférieurs pour découvrir le nouveau venu. Ce dernier ne tarda pas à rejoindre le toit, justement pour échapper à tous ses nouveaux fans. Le colonel fût étonné de découvrir que c'était une jeune fille d'à peine une quinzaine d'année. Essoufflée, elle alla s'asseoir sur un banc pour humer l'air et boire une longue gorgée de sa gourde. Il s'en approcha lentement et entama la discussion.

- Hé bien, c'était un beau sprint que tu nous as fait là, jeune fille.
- Merci, monsieur. C'était pas évident par cette chaleur mais heureusement que vous alliez pas vite !
- Oui, en effet. Mais dis-moi, que faisais-tu toute seule dans le désert. Ton convoi a été attaqué par des bandits ?
- Hein ? Non, j'habite pas loin d'ici. J'ai décidé qu'il était temps de partir à la recherche de ma mère.

Elle sorti la photo de son sac à dos et la lui montra. Il écarquilla les yeux et porta son regard sur le visage de la jeune fille.

- Vous la connaissez, monsieur ?
- Hum... Dis-moi, petite, comment t'appelles-tu ?
- Lunamaria Estellar, monsieur. Et vous ?
- Appelles-moi Ludwig. Qu'as-tu prévu de faire, maintenant ?
-Je vais à Windbloom, monsieur Ludwig. Il parait que ma mère y habitait et qu'elle était un gardien, ou quelque chose comme ça.
-Je vois. Hé bien Luna, je te souhaite bon courage pour retrouver ta mère. Si elle était effectivement une Gardienne, je te suggères de commencer tes recherches dans l'établissement mondial de Gardeenage.
- Qu'est-ce que c'est ?
- L'unique école qui forme les Gardiens. Tu trouveras forcément des informations sur elle.
- Oh, merci de votre aide, monsieur Ludwig !
- Mais de rien.

Et le colonel lui fit un signe de la main avant de descendre aux étages inférieurs. Il se gratta le menton l'air pensif. Il pressentit que quelque chose allait se tramer avec l'apparition de cette jeune fille. Ses pensées furent interrompues par l'interphone qui annonça l'arrivé imminente à Windbloom.

- Hé bien, ça fait bizarre de voir un fantôme du passé ressurgir subitement devant nous... pensa-t-il à haute voix avant d'aller dans sa cabine préparer ses affaires en vue du débarquement.

Pendant ce temps, Lunamaria était appuyée à la balustrade à l'avant du navire et admirait les remparts de la ville qui semblaient se rapprocher lentement d'elle. De hautes tours dépassaient les murs d'une bonne trentaine de mètres. Certaines étaient de formes rectangulaires et vitrées. Plus loin, on pouvait distinguer les tours rondes d'un château traditionnel et à l'opposé de ces dernières, un mont sur lequel on pouvait voir une construction surmontée d'un monument ressemblant à un éventail.

- J'arrive, maman.
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Duplucky le Lun 7 Sep - 15:23

Bon en fait, je trouve ça nul et tellement pas personnel. J'arrive pas trop à me détacher de Mai Otomé, ça semblait bien dans ma tête mais à l'écriture, c'est assez bof, surtout que l'univers est déjà tout fait. Evil or Very Mad

Du coup, je sais pas trop quoi en penser. Je continue ou j'arrête les frais et j'entame du coup mon autre fic ? Rolling Eyes
avatar
Duplucky

Messages : 60
Date d'inscription : 19/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin Dupluckien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum